FAKIR

donner l’envie d’architecture et de paysage, ouvrir le champs des possibles


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

13/12/2010 - Les Blés d'Or - Un jardin extraordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Olivier

avatar
Admin

http://www.olivierlesage.fr

Olivier

avatar
Admin
Voici le texte original ayant servi de support à l'article:

"Un champ de blés anciens au pied de nos administrations
Jardin paysan, jardin manifeste

Un champ, dans la ville, dans un jardin.

Comme une peinture a besoin d’un cadre, le Jardin est un lieu clos, privilégié pour représenter une idée du monde par le biais du végétal.
Aujourd’hui le monde a faim et le jardin à la française du Conseil Général est vide.
Je propose donc de le cultiver de blés.
Outre le symbole d’abondance, le blé est, dans notre culture, un symbole de vie, symbole de l’été, du soleil, etc. C’est une évidence : c’est la plante qui symbolise le fruit de l’agriculture nourricière.

Le champ de blé, paysage oublié ?
Un champ de blé… Laissons fonctionner notre imaginaire : grande étendue de petits épis blonds dansant légèrement sous le soleil. Le champ de blé d’or.
Récemment j’ai découvert que cette image stéréotypée du champ de blé blond n’est pas si juste que cela... Les blés n’ont pas toujours été petits, raides et blonds. Il en existe des centaines de variétés qu’on a simplement oublié de cultiver. Sans les efforts de quelques irréductibles éclairés ( ), qui ont compris notre devoir de « trans-mission » de ces semences, elles auraient déjà disparues depuis longtemps.
Blés rouges, noirs, gris, blancs à port irrégulier, mesurant jusqu’à 1,8m… Il en existe pour chaque usage et à chaque pays, de ces blés spécifiques issus de la sélection effectuée par des générations de paysans. Une véritable biodiversité cultivée en somme.
Le plus spectaculaire me semble être l’amidonnier noir. Son épis barbus prend des reflets fauves en juin et noircit à maturité. Quel contraste avec l’image du blé d’or que toute l’agriculture moderne aidée par « belle des champs » de la publicité, a tenté de nous inculquer !
Cet oubli mérite un jardin car il symbolise non seulement l’oubli des paysages des champs de blés de nos ancêtres mais il reflète aussi la rupture des liens entre notre agriculture « modernisée » et la notion de terroir.

Agriculteur, paysage et paysan.

En même temps qu’ils disparaissaient (plus que 5000 actuellement en Côte d’Or), les agriculteurs changeaient de nom. Nous sommes passés en quelques générations du terme de paysans, proche du « pays », du « paysage », « celui qui faisait de la terre son jardin », au terme d’entrepreneur agricole, qui donne une dimension d’homme d’affaire au métier.
Parallèlement, les graines ont été radicalement homogénéisées, cataloguées, normées, rendant aujourd’hui les semences anciennes quasi-illégales en dépit de leurs vertus bien connues. L’agriculture moderne a ainsi créé un système de production de graines standardisées, capable de supporter des traitements chimiques et des engrais dans un but initial de rendement.
A contre courant, ce jardin propose de cultiver peu de surface avec une grande variété de blés et le plus possible de poésie. Restera ensuite à briser les barrières symboliques du jardin pour que les semences se dispersent dans les champs et jusqu’à aller, de proche en proche, re-jardiner la Terre et ses terroirs."


http://www.olivierlesage.fr

Mayo

avatar
bravo olivier

c'est un superbe article qui mérite de la couleur.
ce serait bien que les agriculteurs et exploitants (qui exploitent la terre) réagissent.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum